La Côte d’Azur fait partie des 20 territoires labellisés pour cet ambitieux programme d’amorçage doté de 400 M€. Objectif : faire émerger les champions français de la deeptech.

 

Encore un accessit pour le numérique azuréen. Après l’Institut d’intelligence artificielle (3IA) ou le label Capitale French Tech, le territoire a été choisi en janvier pour bénéficier du dispositif French Tech Seed, dont c’était cette semaine le lancement à Sophia Antipolis. Géré par Bpifrance, ce fonds doté de 200 à 400 M€ interviendra en complément des levées opérées par des startups de la deeptech.

Ce sont des projets très innovants technologiquement, la plupart du temps liés à la recherche publique, qui ont un potentiel de développement important, qui se différencient vraiment de la concurrence et apportent une forte valeur ajoutée à leurs clients, définit Laurent Masson, directeur de l’incubateur PACA-Est, chef de file du programme sur la Côte d’Azur. Mais ce sont aussi des projets pour qui il est plus long et plus complexe d’entrer sur le marché.

Plus d’information

Partager