Webinaire Telecom Valley : comment utiliser l’IA pour identifier les facteurs qui influent sur la propagation d’un virus ?

Par Marion Rolland- JRI Petites Affiches – le 7 mai 2020

Lors d’un webinaire portant sur « les compétences locales pour comprendre la propagation du Covid-19 », organisé par la Communauté Data et IA de Telecom Valley, l’un des animateurs et fondateur du groupe, Michel Castellanet (Développement des innovations Big Data & IA chez Thales Alenia Space), a exposé une théorie portant sur l’utilisation de l’IA à des fins médicales. Il a expliqué comment on pourrait utiliser l’Intelligence Artificielle pour identifier les facteurs qui permettent à un virus de se propager. Explications.

Identifier les paramètres environnementaux qui pourraient avoir un impact sur la progression du virus

De nombreux facteurs extérieurs peuvent impacter ou influencer la propagation d’un virus : pollution, micro-particules, ultraviolets, hausse des températures, climat environnant, etc. Le but serait de déterminer quel facteur a quel impact sur quel virus, afin de le contrer ou diminuer ses effets sur la population. « Il faudrait combiner les outils qui utilisent l’Intelligence Artificielle et les compétences des chercheurs qui travaillent dans le médical, mixer la science et la technologie » explique Michel Castellanet. Cette problématique est valable pour le Covid-19, mais elle pourrait être utile et utilisée par la suite, pour n’importe quel autre virus. « Grâce à des données générales, des études poussées et une collaboration avec la communauté médicale, on pourrait avoir plein de points de vue différents sur le sujet, des points de vue d’experts » explique l’animateur. Le but est d’avoir une vision interprofessionnelle et interdisciplinaire, car en réalisant des analyses poussées dans ces conditions, en étudiant le plus de pistes possibles, en orientant les recherches en fonction des idées de chacun, il sera beaucoup plus simples de trouver des solutions concrètes qui pourraient limiter la propagation d’un virus, voir le ralentir totalement.

Trouver les bons outils pour orienter les recherches sur tous les territoires

L’Intelligence Artificielle permet de faire beaucoup de choses, mais faut-il encore utiliser les bons outils. L’important est de définir quels outils sont les bons pour tels ou tels travaux. Il faut identifier ceux spécialisés dans la récupération de données, ceux dans la collecte de données, ceux dans l’analyse. Une fois ces données récupérées, il faut les identifier, les travailler puis les simplifier. «  Notre territoire est un champ d’exploitation immense et riche en diversité d’environnement, explique Michel Castellanet, les satellites pourraient aussi bien nous servir à collecter des données et cibler certaines informations, issues de la Terre entière, à deux heures différentes, dans d’autres pays qui possèdes des environnements différents du notre. » Tout peut servir de sujet d’étude.

Les différentes étapes de la réalisation 

Dans un premier temps, il faut définir les causes médicales, les caractéristiques d’un virus, les causes primordiales d’une pandémie.
Grâce à ces données de « base », il faut tenter d’identifier les corrélations avec les différents éléments extérieurs. C’est-à-dire, faire des comparaisons entre les territoires, au niveau local, puis national, puis mondial.
La troisième étape vise à vérifier ces hypothèses. Et pour cela, rien de tel que la réalisation de tests plus poussés pour confirmer ou infirmer les théories élaborées, ou évaluer les différentes alternatives et différences qui peuvent être liées à différents phénomènes (l’atmosphère, la qualité de l’air, le taux de pollution, etc).
Et pour finir, travailler avec les médecins, partager les données récupérées, et les laisser réaliser des tests plus scientifiques.

Visuel de Une DR Telecom Valley

> Voir l’article en ligne

Petitesaffiches.fr

Partager