Le réseau « e-tourisme », porté par l’association Telecom Valley, s’appuie sur la première activité économique de la Côte d’Azur avec plus de 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2015, 75 000 emplois et 11 millions de touristes accueillis. Il accentuerait les « fertilisations croisées » chères à Sophia Antipolis entre tourisme et numérique à travers une démarche de « Living Lab ». Un projet d’accélérateur dédié est à l’étude.

Lire l’article complet de l’Usine digitale

Partager